Téléthon

Publié le par konk

Pauvres malheureux sur leurs fauteuils à commandes vocales, avec leurs minerves et leurs tuyaux, souriant courageusement devant les caméras! On n'a pas honte de les exhiber ainsi une fois par an pour ramasser du fric! Ils devraient être bien tranquilles au paradis des malformés, au lieu de celà ils mènent une vie de souffrance et de désespoir, soutenus, eux et leurs proches, par des promesses mensongères. La nature avait prévu pour eux une courte agonie et on leur impose un long calvaire au nom de la Science et de la Recherche. Ces chercheurs, ces bienfaiteurs de l'humanité, sont en réalité des tortionnaires.

Commenter cet article

Lebof 11/01/2009 14:03

Le téléthon ce n'est pas seulement une emission de télé et le 3637. plus de 22000 manifestations sur le terrain animées par plus de 300000 bénévoles collectent à travers le "14 juillet en hiver" plus de  40% des fonds. Personnellement je parcours pendant les trente heures le nord de la seine et marne et ces manifestations qui n'ont rien à voir avec la télé mais qui sont simplement l'expression de la solidarité populaire sans arrière pensée. Effectivement le handicap n'est présent sur nos médias que pour le téléthon et les jeux olympiques et ne fait pas partie de notre quotidien alors que sommes tous des handicapés.

Pat 07/12/2008 22:28

Décidément oui, chez certaines personnes, le handicap provoque toujours un sentiment gênant même par le biais de la télé ; et même il suggère des questionnements limites et difficilement acceptables. Chaque année, le Téléthon nous culpabilise un peu plus, et nous mettons la main au porte-monnaie, trop contents d’être en bonne santé et de faire notre B.A. Dans de telles émissions, je ne doute pas un seul instant de la légitimité de ces malheureux à venir témoigner de leurs réalités quotidiennes, si dérangeantes soient-elles. Ils ont autant de droits que nous et surtout le droit de poursuivre leur vie.

gm 07/12/2008 15:21

Décidément, le sujet vous tient à cœur!
Je cous comprends, je ressens moi-même un certain malaise en y pensant (je ne l'ai regardé que de façon accidentelle).
La cause de mon malaise et multiple.
La lutte de chaque instant, tendue et désespérée, de ces enfants et surtout de ces parents, à l'affut de la moindre bonne nouvelle, lutte rendue encore plus dure par l'entretien des espoirs démesurés.
Y a-t-il quelqu'un pour leur dire que vivre porté à bout de bras, c'est ne pas vire?
L'idée malhonnête que le problème serait essentiellement « dans le regard des autres », une construction sociale. On prétend que ce n'est pas à l'homme de s'adapter à l'environnement, mais à l'environnement de s'adapter, coûte que coûte.
Le voyeurisme.
Le sentimentalisme excessif.
Et puis, surtout, je trouve malsain qu'une des rares grand-messes de la nation soit autour d'une maladie.

bébert 07/12/2008 14:29

L'un de mes amis pharmacien, hélas mort hier brutalement, était écœuré de la manière dont les laboratoires se comportaient.

Leurs recherches étaient positives mais ils laissaient traîner en longueur leurs résultats. Il n'y a pas de petits bénéfices.

johanna/la fêlée 07/12/2008 04:07

Pour toi et moi une 'vie'comme ça serait intolérable. Science dit: on doit prolonger une 'vie' quoi qu'il en coûte au gens qui sont attrappés dans un corps incapable de bouger ou faire les choses pour soi même.  Si on a par exemple un chien, qui souffre comme ça on dit: "mon pauvre chien c'est insupportable pour moi de te voir souffrir comme ça, je terminerai ta vie"  Peut  être on aime mieux les animaux que les gens...........